Le café : mythes et légendes

Arabe ? Ethiopien ? Indien d’Amérique ? Aztèque ? Le café fait aujourd’hui partie de notre quotidien, mais on ignore souvent son origine et l’histoire de sa trouvaille. D’ailleurs, de nombreux contes circulent à ce sujet, et il n’existe pas de réponses évidentes quant à son avènement. 

La découverte

La légende la plus connue raconte que le café a été découvert au IXe siècle par un pâtre d’Abyssinie ayant constaté l’effet tonifiant que l’arbuste avait sur ses chèvres, qui s’en délectaient. Etonné de les voir aussi fougueuses, il en parla au prieur du couvent voisin et lui amena quelques fruits de cette plante. Curieux, les religieux décidèrent d’y goûter mais, déçus par leur amertume, ils les jetèrent au feu. Un délicieux parfum embauma alors la pièce, leur donnant l’idée d’utiliser les baies torréfiées pour concocter un breuvage noir qui leur permettrait dorénavant de prier avec plus de ferveur et plus longuement.

Un autre récit mythique prétend qu’un incendie ravagea une région d’Ethiopie dans laquelle poussaient des caféiers, que l’odeur qui en résulta était divine et que les fruits brûlés furent ramassés afin de les moudre et de les infuser.

Une énième histoire implique la religion musulmane et nous parle de Mahomet, qui se réveilla un jour malade. Allah lui envoya alors l'ange Gabriel, qui lui tendit une gourde pleine d'un breuvage noir. Mahomet en but et guérit instantanément. Ayant retrouvé toute son énergie et plus encore, il est dit qu’il désarçonna quarante cavaliers et honora quarante femmes dans l’heure qui suivit.

En réalité, selon des études scientifiques, le café serait bel et bien originaire de la région de Kaffa en Ethiopie. Les paysans du sud-ouest du pays torréfiaient probablement les grains du café dans des braises, et les broyaient pour obtenir une bouillie qu’ils consommaient originellement pour ses vertus médicinales, à l'instar du cacao chez les Aztèques.

Le café n’est diffusé que bien plus tard au Yémen et en Arabie, jusqu’au port de Mocha au bord de la Mer Rouge. De là, il fera son chemin jusqu’à Venise en Italie, puis dans toute l’Europe, avant d’atteindre enfin l’Amérique.